Hélène Caussignac

Helene Caussignac

Sortir de la matrice de l'inconscience

La physique quantique a aujourd'hui prouvé que nous, les êtres humains, comme tout ce qui existe, sommes composés de milliards d'atomes, et que chacun de ces atomes est lui-même composé à 99 % de vide.
De leur côté, les neurosciences ont maintenant prouvé que l'expérience humaine est composée uniquement de pensées, de sensations et d'émotions, ces éléments constituant la trame de la réalité que nous avons l'impression de vivre.
Nous avons appris, pendant notre enfance, la totalité des concepts dont notre cerveau se sert pour définir et interpréter notre réalité, et ce que nous appelons notre conscience est en réalité composée, pour la majorité d'entre nous, à partir des programmes inconscients provenant des croyances que nous avons mémorisées tout au long de notre vie, qui sont activées à chaque instant et créent, par les pensées, émotions et sensations apprises qu’elles génèrent, l'expérience que nous pensons vivre.
Tout cela forme non pas, comme nous le pensons, la réalité, mais simplement l’idée personnelle que nous nous faisons de cette réalité. En croyant que cette idée est la vraie et seule réalité, non seulement nous nous trompons nous-même, mais nous contribuons aussi à créer cette immense image d’un monde divisé dans lequel nous souffrons tous de la solitude originelle, bloqués dans notre image de nous-même, individuelle et fragile, créée et perpétuée par la peur de ne plus exister. C’est ainsi que se crée et se maintient la matrice de l'inconscience humaine dans laquelle l'humanité vit depuis des millénaires, en pensant que la vie se limite à cela.
Mais la vie ne se limite pas à cela, la vie est bien plus large que tout ce que nous avons conscience d'en vivre. La vie est l’essence de ce qui est, la vie est elle-même la matrice dans laquelle tout cela peut se produire, l'immensément plus vaste matrice dans laquelle apparaît comme dans la structure de type gigogne des poupées russes, la toute petite matrice de l'inconscience humaine.
Alors comment faire pour sortir de cette dernière et accéder à l'immensité de ce qu'est réellement la vie ? En fait c'est très simple, bien plus simple que tout ce qu'on pourrait imaginer.
Pour cela, nul besoin de comprendre les équations de la physique quantique, ni de faire des études poussées en neurosciences. Pour cela, il suffit d'aller là où ce mystère n'en est pas un, et cet endroit est accessible à tous à chaque instant, car il se situe en nous-même. Pour sortir de la matrice de l'inconscience humaine, il suffit de rester à chaque instant connecté à ce qui parait être notre expérience du moment présent, c'est-à-dire à ce qui se passe en nous, en termes de pensées, d'émotions et de sensations. En fait, nous faisons, de manière automatique, exactement le contraire de cela : quand quelque chose se passe en nous, une émotion, une sensation, des pensées, nous les attribuons automatiquement à la situation extérieure et nous sommes ainsi persuadés que c’est cette dernière qui les génère, sans voir qu’en réalité c'est exactement l'inverse qui se passe : ces sensations, pensées et émotions, sont ce qui colore la situation extérieure, qui au départ était neutre, pour lui donner le sens qu'ensuite nous croyons dur comme fer quelle a. Ce ne sont jamais les événements extérieurs qui nous affectent, mais ce que ces événements touchent en nous de non-conscientisé.
Un petit exemple très simple pour illustrer cela :
Deux jeunes gens, qui se connaissent depuis quelques mois mais ne vivent pas encore ensemble, ont convenu de se voir chez la jeune femme pour diner un soir de la semaine. Dans l’après-midi du jour prévu, la jeune femme reçoit un message du jeune homme lui disant qu’il ne pourra pas venir car il est retenu au travail. Avant même la fin de la lecture du sms, la jeune femme est furieuse et elle lui répond que, puisque c’est comme ça, ce n’est pas la peine de compter sur elle pour le repas du dimanche suivant. De là va s’ensuivre des tensions relationnelles qui, à tout le moins, génèrent de la contrariété, et peuvent même parfois conduire à la rupture du lien. Pourtant, dans les faits, que s’est-il passé ? De manière tangible, rien, seulement l’échange de quelques mots écrits. Si la jeune femme avait pu observer les pensées, émotions et sensations qui sont montées en elle à la lecture de ce sms, elle aurait pu prendre conscience que l’émotion de colère qu’elle a ressenti suivait une pensée, qui pourrait être par exemple « quel lâcheur », elle-même déclenchée par une croyance, par exemple « les hommes ne sont pas fiables », qui a été puisée dans la base de données de ses expériences antérieures avec d’autres hommes qui n’ont en réalité rien à faire dans l’instant présent. De là s’ensuit la réaction de défense qui consiste à punir l’autre dans l’espoir que ça changera quelque chose à ce qui a été jugé comme un comportement insupportable.
En réalité, il n’y a pas de comportements insupportables en soi, il n’y a que des réactions personnalisées à des faits dont la réalité a justement été totalement voilée par l’étiquetage automatique dû aux mécanismes inconscients. Ceci génère toute la souffrance dont les êtres humains font l’expérience dans leur vie.
Pour sortir de la matrice de l'inconscience, il faut faire un retour sur soi-même à chaque instant, pour réaliser ce qui se passe vraiment, pour prendre conscience d'où vient notre réalité. C'est ainsi que, découvrant notre responsabilité et notre pouvoir de création sur ce que nous croyions auparavant subir, nous pouvons arrêter de blâmer les événements ou les autres pour ce qui nous arrive, et que nous pouvons accéder à la véritable paix et commencer agir pour répandre celle-ci autour de soi.

Generic placeholder image

Voir la Video sur YouTube